Accueil / politique / Retard des élections locales : Dr Oussou voue aux gémonies le président de la CENI et Bouréma Condé

Retard des élections locales : Dr Oussou voue aux gémonies le président de la CENI et Bouréma Condé

«Tout le monde sait que Me Kébé est un activiste du RPG Arc-en-ciel… Bouréma Condé est à Kankan en train de danser la Mamaya. Au lieu de venir convoquer le comité »

La Guinée va-t-elle connaître une nouvelle crise liée au retard accusé dans l’organisation des élections locales ? En tout cas, l’opposition compte en découdre avec le pouvoir en organisant des manifestations de rue pour exiger la tenue des élections avant la fin de l’année.

Sur l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM de ce lundi 4 septembre, le président de l’organe chargé de la gestion des élections, Me. Ahmadou Salifou Kébé aurait déclaré ne pas connaître la date de la tenue de ces consultations électorales.

Dr. Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition, a qualifié cette sortie médiatique du président de la CENI de ‘’honte nationale.’’

«Tout le monde sait que Me Kébé est un activiste du RPG Arc-en-ciel. C’est une honte pour la CENI que son président dise qu’il a un chronogramme mais qu’il ne sait pas quand est-ce les élections vont être organisées. C’est vraiment une honte nationale », s’est-il indigné avant d’affirmer que les propos de Me Kébé ‘’prouvent’’ son ‘’manque de volonté’’ d’organiser ces élections.

«En l’écoutant ce matin sur les ‘’Grandes Gueules’’, on a compris que c’est un monsieur qui n’a aucune volonté d’organiser les élections cette année. Il n’est pas dans cette logique. C’est pour cette raison qu’il est en train de faire perdre du temps à tout le monde, faire semblant de faire un chronogramme dont lui-même ne connait pas la date», a-t-il fustigé

Le Vice-président de l’UFDG met en garde le président de la CENI par rapport aux conséquences qui pourraient découler de la non-tenue des élections avant la fin de l’année. «Je voudrais dire à M. Kébé qu’il sera responsable de tout ce qui va arriver. Parce que cette comédie là qui consiste à dire que les techniciens sont en train de penser à un chronogramme au moment où nous sommes au mois de septembre alors que logiquement les élections devraient être organisées en décembre prochain. Nous savons que Me Kébé et la CENI ne sont pas de bonne foi. Toutes les conditions sont réunies pour pouvoir organiser ces élections», a-t-il dénoncé.

Le Dr Fodé Oussou Fofana associe aussi le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le général Bouréma Condé à ceux qui ne veulent pas que les élections se tiennent à temps: « […] C’est pourquoi il attend le retour de Bouréma Condé qui s’est inscrit dans la même logique que lui. Parce que le comité de suivi ne se tient pas. Bouréma Condé est à Kankan en train de danser la Mamaya. Au lieu de venir convoquer le comité de suiv,i il est là-bas en train de danser la Mamaya.  Puisqu’il a l’intention de rencontrer les partis politiques comme il l’a dit, nous espérons qu’il viendra avec un calendrier et qu’il va sortir de cette affaire d’enfantillage parce que là, c’est de l’enfantillage

Les manifestations étant le ‘’seul’’ moyen de pression de l’opposition, M. Fofana soutient qu’ils prendront la rue si une date n’est pas fixée : « Si on n’a pas la date des élections, nous reprendrons les manifestations de rue. L’opposition va se retrouver pour tirer les conséquences.»

Actuellement, l’Assemblée nationale se penche sur la loi de finances rectificative. Selon le Vice-président de l’UFDG, le budget des élections locales est de 335 milliards GNF alors que le gouvernement n’a présenté au parlement qu’un budget de 100 milliards GNF pour la CENI. «Ces élections devraient être organisées depuis sept ans. Ce n’est pas maintenant comme des gens qui étaient dans le coma qui se réveillent. La CENI a demandé 335 milliards GNF et le gouvernement met dans le budget rectificatif 100 milliards GNF. Cela veut dire que le gouvernement n’a pas l’intention d’organiser les élections et son argument consistera à de dire qu’il n’y a pas d’argent. Ce qui veut dire que la CENI et le gouvernement sont dans le même jeu. En fait, ils se retrouvent pour dire qu’elle est la stratégie qu’il faut mettre en place pour ne pas organiser les élections. Voilà leur  mauvaise foi », s’insurge-t-il.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Fête du 2 octobre: Les annonces du président Alpha Condé

Le président Alpha Condé a délivré son discours d’adresse à la nation ...

Organisation des élections locales : La mouvance présidentielle réagit

Les élections communales auront-elles lieu en 2017 ? Pour le moment, le ...

Chronique-fiction : Alpha Condé, le charlatan, les cauris et le 3e mandat

politique- fiction. Après son passage chez le marabout, Yaya Jammeh, le président ...

Dr Faya: «Alpha Condé n’a pas de vision claire pour faire avancer la Guinée… il en est le problème»

Le leader du Bloc libéral fait un survol de l’actualité politique nationale. ...

François Bourouno : « Si les élections sont transparentes, je ne vois pas qui peut battre le PEDN…»

En attendant de connaître le chronogramme des élections communales et communautaires prochaines, ...

Alpha Condé : la Guinée a de fortes attentes envers le modèle BRICS (People’s Daily)

Li Zhiwei, journaliste au Quotidien du Peuple, partenaire de Guinéenews À la ...

Guinée : Eventuel troisième mandat – Vers une présidence à vie pour Alpha Condé ?

L’arrivée au pouvoir d’Alpha Condé, fin 2010, avait suscité, chez de nombreux ...