Accueil / les temps forts / Réchauffement climatique : les USA pris entre inondations et feux de brousse

Réchauffement climatique : les USA pris entre inondations et feux de brousse

Tout ce qu’il faut pour convaincre Donald Trump que le réchauffement climatique n’est pas que seulement une invention des Chinois pour une raison ou une autre. Depuis la création de l’ONU à San Francisco en 1945, à la même date que Trump, personne n’a entendu que le Texas était sous l’eau et que le nord de Los Angeles a cramé de cette façon, sans que les pompiers, les soldats du feu ne puissent quoi que ce soit. L’extraction du pétrole et le gaz de schiste est l’explication.

Le Canada doit se préparer à une grande vague de chaleur l’été prochain. Les extractions au pôle nord est la pire des choses. On parle peu de la fonte de la banquise, ces derniers temps, mais on remarque que les pluies continuent abondamment au sud jusqu’au mois d’octobre. Même si certains ne croient pas encore que le changement ou le réchauffement climatique est une réalité, on a une preuve pour ceux qui veulent bien le croire : malgré ces pluies abondantes, à certains endroits, les observateurs n’ont pas vu des petits escargots apparaître sur les murs, à travers les sentiers et qui se faisaient écraser comme des mille-pattes, vers de terre et autres, même dans la forêt de Kakimbo, la végétation et les herbes n’ont pas manifesté d’enthousiasme. Des pluies acides?

Le résultat de la production des jardins potagers est attendu avec beaucoup de circonspection. Les pluies abondantes sont-elles plus chaudes ou plus chargées d’éléments chimiques nuisible ou quoi, personne ne le dit. Les grands environnementalistes parlent d’un phénomène de Nuno del costero (?), cette vague de chaleur viendrait du nord.

Ce qui est curieux de voir, c’est le niveau de chaleur qu’il fera en Europe, en Australie et en Amérique du nord l’été prochain. Les pompiers de Los Angeles trouvent-ils assez d’eau pour leurs canadairs ? Les particuliers pourront-ils arroser leur pelouse comme normalement il se doit. Dans le passé, l’on interdisait les piscines privées, le lavage des voitures et même que des canadairs français ont été pris en flagrant délit de piquer de l’eau dans un petit cours d’eau en pénurie de la Suisse.

Après ces pluies abondantes chaudes et stériles, puisque personne n’a greloté de froid, même les frileux à l’extrême et les rhumatisants ne se sont pas lamentés. On peut se poser la question sur l’influence de ces pluies sur les sols et sur les micro-organismes, sur les insectes pollinisateurs.

Si l’atmosphère est saturée par les gaz à effet de serre en plus des bombardements des guerres, il va sans dire que l’eau des pluies est toxique pour les micro-organismes, pour les plantes. Si tel est le cas, les hommes sont en train de brûler leur chandelle par les deux bouts. Il ne reste qu’à trouver le moyen de faire cesser tout ça.

Les énergies fossiles seront plus coûteuses pour l’homme que les énergies renouvelables. Les réparations des dégâts causés par les ouragans Harvey, Maria, Irma et autres  ne coûtent pas déjà assez chers, sans compter les incendies qui n’ont pas dit leur dernier mot ? Rien que les sinistres de cette année, quel est le bilan en milliards de dollars, en plus du nombre de morts ?

Allô ! Allô ! Président Trump.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*