Accueil / en continue / Exclusif : Rebondissement spectaculaire dans l’affaire du détournement de 13 milliards au budget

Exclusif : Rebondissement spectaculaire dans l’affaire du détournement de 13 milliards au budget

Dans une de nos précédentes enquêtesGuinéenews© a fait des révélations troublantes selon lesquelles Ibrahima Sory Condé, haut cadre du ministère du budget condamné à dix ans de prison par contumace pour détournement de treize milliards de francs en 2012, a bel et bien réintégré son poste sans avoir purgé sa peine.

Depuis, l’intéressé est invisible, mettant ainsi son ministère dans l’embarras. Pour preuve, selon certaines indiscrétions, dès après la publication de notre enquête, le ministère du budget aurait appelé celui de la justice pour en discuter. « Vous saviez qu’il était condamné avant de le rembaucher. Donc, pas question », aurait-on signifié à l’interlocuteur du ministère du Budget.

Pour le besoin de la manifestation de la vérité, votre quotidien électronique, bien que « félicité » par le ministre d’État de la justice, Me Cheick Sako, pour cette enquête « irréprochable », revient à la charge pour révéler qu’un mandat d’arrêt a bel et bien été décerné contre Ibrahima Sory Condé.

« Nous avons reçu un mandat d’arrêt contre monsieur Condé. Nous avons été au ministère du budget pour procéder à son arrestation. Nous avons rencontré tout le monde, les conseillers, les responsables, même les gendarmes. Mais il n’y est pas. Si on le voit aujourd’hui, il sera arrêté », a rassuré un agent de la police.

Interrogé, un autre policier bien introduit au ministère de la Sécurité pense avoir une méthode plus efficace. Pour lui, si la justice veut réellement procéder à l’arrestation de Monsieur Condé, il suffit d’impliquer les agents d’Interpol, qui sont très efficaces dans de telles situations. « Il suffit seulement de nous envoyer la copie de son passeport et son identité. A la seconde près, tous ses renseignements seront envoyés dans le serveur de 193 pays. Qu’il passe par les aéroports ou les frontières terrestres, il sera tracé et traqué », affirme-t-il.

Alors, comment Ibrahima Sory Condé s’est-il échappé de nouveau ? Selon des sources bien informées, après les révélations de Guinéenews©, suivie de l’intervention du principal accusé chez « Les Grandes Gueules » d’Espace FM, le ministre de la justice a aussitôt instruit, le 22 décembre 2017, ses services de faire arrêter Monsieur Condé.

Mais le hic est que cette décision de la justice est tombée en fin de semaine. Or, le lundi suivant était un jour férié. « C’est le bon moment de localiser son domicile pour le faire arrêter le mardi », aurait-il ordonné le 22 décembre. Alerté on ne sait par qui,  Condé a encore pris la fuite.

Pourtant, lors de son intervention à la radio Espace FM, l’intéressé a parlé d’acharnement, d’enquêteur partial et de faux jugement. Il nous a qualifiés de tout sans fournir la moindre preuve de ses accusations gratuites.

En outre, dans l’arrêt du tribunal de première instance de Kaloum, en date du 15 février 2013, dont Guinéenews© a vu copie, M. Condé est bel et bien été condamné à dix ans de prison. Un verdict confirmé également par le garde des sceaux, Me Check Sako.

Toujours dans cette émission, il a aussi indiqué qu’au retour de sa fuite, il se serait rendu tantôt chez le procureur, tantôt chez un juge. Mais il s’est abstenu de citer le nom de celui-ci, malgré toutes nos insistances. « Quand je suis revenu, j’ai été entendu sur PV (procès verbal). La justice m’a relaxé puisque le premier jugement était faux ». Quand nous lui avons demandé si c’était la procédure en la matière, il avait dit : « absolument ».

Faux, dément-on à la justice. « Ce n’est pas la procédure en la matière. Quand vous êtes condamnés par contumace, à votre retour, vous vous rendez à la justice. Vous faites opposition au procès. Immédiatement, on vous envoie en prison. Vous prenez un avocat. Et puis, on reprend le procès à zéro. Mais vous n’avez pas à vous présenter devant un juge, ni devant un procureur comme il l’a dit à la radio », a-t-on confié.

Mais comment Ibrahima Sory Condé s’est-il fait avoir ?

A la justice, on assure que l’intéressé n’a pas été convainquant lors de son passage dans Les GG pour deux raisons, dit-on. En se défendant, il confirme ce que Guinéenews© a écrit comme quoi, il est bel et bien à Conakry. Ensuite, le fait de dire qu’il est passé devant un juge au retour de sa fuite, il confirme ce que nous avons écrit comme quoi, il a été condamné et il a repris son poste sans avoir purgé sa peine.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Assassinat de Thierno Hamidou: le général Bafoé prêt à témoigner

Attendu au tribunal de première instance (TPI) de Dixinn pour y témoigner ...

Guinée : Le budget de la présidence augmente de plus 41 milliards en 2018.

La loi des finances initiale adoptée ce mardi par les députés a ...

Fermeture des radios : Lansana Kouyaté fait de graves révélations

« ÇA NE CACHE QU’UNE SEULE CHOSE, C’EST POUR INTIMIDER LES RADIOS ...

Élections locales : Des défaillances détectées sur le matériel reçu à Labé (CEPI) !

À quelques semaines de la trune des élections communales et communautaires en ...

Kérouané : de violents heurts signalés entre deux groupes rivaux du RPG

C’est une véritable intifada qui a éclaté au siège du RPG Arc-en-ciel ...

Simandougate : Trump, Steinmetz, Soros, Kushner – Rumeurs de tractactions entre BSGR et la Guinée

La presse israélienne rapporte que la société BSGR du milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz et ...

Début de fermeture des radios privées pour non-paiement de la redevance

Au moins une dizaine de radios privées ont cessé d’émettre ce lundi ...

Cours et Tribunaux : Les audiences y reprennent après une sidérante panne de véhicule

Mardi 12 décembre, les activités ont repris dans les cours et tribunaux ...

CRS (Catholic Relief Services) fait des dons au ministère de la Santé

Catholic Relief Services (CRS) a procédé le vendredi 8 décembre 2017, à ...