Accueil / en continue / Enseignement supérieur : La Guinée, la France et la Côte d’Ivoire, signent un mémorandum

Enseignement supérieur : La Guinée, la France et la Côte d’Ivoire, signent un mémorandum

La salle des conférences de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry servira de cadre du 13 au 15 novembre prochain, au séminaire scientifique dénommé « rencontre polytechnique ». Une initiative du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique après la signature d’un mémorandum de partenariat entre l’université polytechnique de France, de la Côte d’Ivoire et l’université hôte. Tel est le constat fait par Guinéenews© ce lundi 13 novembre.

Inscrit dans l’ordre des réformes engagées par le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, ce partenariat servira de point de départ pour transformer l’université guinéenne, en un centre d’excellence et de performance scientifiques.

C’est pourquoi dans son discours de bienvenue, Dr Doussou Lanciné Traoré recteur de l’université hôte, a réitéré les ambitions de son institution : « l’ambition est de mettre en place des filières d’excellence dans plusieurs domaines de la formation. Car nous visons la formation des ressources humaines pour valoriser les ressources naturelles et développer la nation ».

« Cette initiative permettra à l’université Gamal Abdel Nasser de s’évaluer et de se projeter, de s’ouvrir et de coopérer, de rénover et de s’épanouir », affirmera Dr Ahmed Tidiane Souaré ancien premier ministre.

Pour sa part, Koffi Nguessan, directeur de l’Institut national polytechnique Houphouët Boigny de Yamoussoukoro, a rappelé l’importance d’une fraternité entre les différentes institutions en vue de retenir les cerveaux en Afrique car pour lui : « La croissance démographique rapide et le retard dans le développement scientifique constituent des défis majeurs pour l’Afrique ».

Sur la même lancée que ses collègues, Jacques Biot, président de l’école polytechnique de Paris (lX), précisera que son institution sera d’un soutien inestimable pour la formation et la qualification des futurs cadres guinéens et africains. « Nous allons apporter notre main aux découvertes scientifiques et technologiques qui vont permettre à l’Afrique de partir sur le même pied que le Nord », rassurera-t-il.

Abdoulaye Yéro Baldé, pour sa part a rappelé les objectifs du séminaire : « ce séminaire revêt une double signification. Tout d’abord, il constitue une étape importante dans la mise en œuvre du mémorandum signé entre l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry et l’institut lX en juin 2017. Il marque ensuite, la volonté de l’école polytechnique de Paris d’accompagner la Guinée dans la formation d’une élite guinéenne compétitive au plan africain et international ».

Pour finir, Yéro Baldé a fait comprendre que les autorités guinéennes sont résolues à faire sortir l’enseignement supérieur et de recherche scientifique de son isolement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*