Accueil / politique / Boycott du Gouvernement à la clôture de la SENACIP : trois arguments qui prêtent à sourire

Boycott du Gouvernement à la clôture de la SENACIP : trois arguments qui prêtent à sourire

Une semaine après la fin de la Semaine Nationale de la Citoyenneté et de la Paix (SENACIP), une polémique est ouverte autour de l’absence du Gouvernement à la cérémonie de clôture dans la salle de Congrès du Palais du Peuple. Dans la cité, trois arguments sont avancés mais ils prêtent à sourire.

Le Conseil Interministériel

Le premier argument, c’est de justifier l’absence du gouvernement par la tenue, au même moment, du Conseil Interministériel. Mais, si c’est cela l’excuse, celle-ci ne tiendrait pas la route pour trois raisons.

La première raison, c’est que l’année dernière, lors de la première édition, deux conseils interministériels avaient été reportés à juste titre, à cause du lancement et de la clôture de la SENACIP.

La deuxième, la SENACIP est une loi adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale au mois de Juillet 2016. Donc, c’est une loi bien au-dessus du Conseil Interministériel, estiment les juristes…

La troisième raison découle de la précédente. En effet, les dates de lancement et de clôture de la SENACIP sont prévues dans la loi. Donc, les dates sont légales et statutaires et s’imposent au gouvernement.

Au vu de ce qui précède donc, il est incompréhensible que le gouvernement reporte son conseil, lors de la première édition pour s’excuser, l’année suivante, au nom du même conseil. L’idéal aurait été, s’il y avait urgence, de couper la poire en deux : reporter le Conseil à 14h et participer à la clôture.

Cela est d’autant vrai que le président de la république, en instance de voyage, a interrompu ses activités pour faire acte de présence au palais du peuple. En pareilles cérémonies, il devait être accompagné par son gouvernement, ou au moins la moitié. Surtout que les diplomates étaient de la partie.

 

Pas au courant

Le deuxième argument, c’est d’affirmer que ni le premier ministre, ni le gouvernement n’était au courant. Si c’est cela aussi l’excuse, elle passerait mal au sein de l’opinion pour au moins quatre raisons.

– La première, c’est le premier ministre qui avait présidé la cérémonie d’ouverture de la SENACIP au palais du peuple. Ce jour-là, Mamadi Youla avait parlé d’un évènement devant se tenir en sept jours.

– La deuxième, quinze départements ministériels sont membres du comité national d’organisation de la SENACIP, y compris un conseiller du Premier ministre. Donc, impossible de ne pas être au courant.

– La troisième, un communiqué officiel avait été relayé, la veille par tous les médias, la RTG en tête.

– La dernière, c’est une question de bon sens. Simplement parce que cela paraît grave qu’un gouvernement puisse ne pas se souvenir d’une date de cérémonie légale, fixée par une loi qu’il a initiée. C’est comme s’il oubliait la fête de l’indépendance le 2 octobre, la fête de l’armée le 1er novembre…

Débat déplacé

Le troisième et dernier argument, c’est cette tentative de vouloir déplacer le débat. Dans la cité, certains font des spéculations : le ministre de l’unité nationale s’est mis en colère, il ne le devrait pas. Il devait tenir un discours, il ne l’a pas fait. Il a fait une annonce, cela n’en valait pas, ainsi de suite.

Au vu de ce qui précède, une chose paraît évidente, tous ces arguments évoqués, fondés ou pas, cherchent à justifier l’absence incompréhensible du gouvernement à un rendez-vous, qui s’impose à lui.

Question légitime donc, un ministre peut-il lire son discours après celui du président de la république ? Comment un gouvernement a-t-il oublié manifestement de participer à une cérémonie prévue et imposée par une loi de la République ? Était-ce une intention de saboter ou un simple disfonctionnement dans la coordination de l’action et de la communication du gouvernement Youla ?

Les prochains jours nous le diront

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Guinée : Ce qui a manqué dans le discours à la nation d’Alpha Condé.

Le président Alpha Condé s’est adressé hier à la nation pendant environ ...

Bah Oury : « Pourquoi Dalein va perdre les élections… »

Pourquoi le parti dirigé par l’ancien Premier Ministre Cellou Dalein Diallo perdra ...

Politique: Sidya perd un allié, cellou Dalein marque des points !

Le patron de l’UFDG pourrait bénéficier du soutien de certains mouvements avant ...

Guinée : Compte rendu du conseil des ministres du 21 décembre 2017

Conakry, le 21 Décembre 2017 – Sous la présidence de son Excellence ...

Politique : Cette décision de la CENI qui réjouit les candidats aux élections locales !

Prévu ce mercredi 20 décembre, le délai de dépôt des listes de ...

Gouvernance : Le premier ministre, Mamady Youla, défend son bilan gouvernemental

Pour la troisième fois depuis sa nomination, le premier ministre, Mamady Youla, ...

Guinée : L’opposant Dr Faya Milimono critique la loi de fiances 2018

La loi de finances 2018 relative au rehaussement de la Retenue et ...

Bras de fer État- Médias privés : une fausse solution à un vrai problème

L’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) a entamé une opération ...

La presse guinéenne : Mon humble avis (Par Ibrahima S. Traoré)

Parlons sans détours : Alpha Condé, pour quelque raison que ce soit, n’avait ...