Election de Tos Camara à Matoto : l’œil du journaliste Mady


La nuit a beau être longue, le jour finit par pointer. Ainsi, se referme la parenthèse sur la tumultueuse et latente élection du maire de Matoto. A moins qu’un miracle ne survienne pour inverser ce que j’avance.

Une élection à laquelle les élus du principal parti d’opposition s’étaient abstenus de prendre part. Ce qui veut dire que le candidat d’en face, Mamadouba Tos Camara, était le seul postulant pour le fauteuil de maire.

Contrairement à la précédente, celle du 15 décembre 2018, l’élection de ce jeudi 7 février 2019 s’est tenue loin des caméras, micros et autres projecteurs des médias.  Les journalistes ont été isolés telles des personnes atteintes d’Ebola.  Ils n’auront donc pu faire le constat dans le vif de l’action sur le déroulement du vote, sinon que se fier aux propos de ceux qui se sont offert la tête de cette plus grande municipalité du pays.

Autre fait nouveau, le vote a été délocalisé de la salle de délibération de la mairie pour l’état-civil de la commune, sans qu’aucune raison valable ne soit invoquée à cet effet. 
En dépit de tout, le scrutin aura duré plusieurs heures avant que les votants ne sortent, tout souriants, annoncer l’élection « avec brio » du maire Tos Camara.

En attendant de voir la requête du candidat de l’UFDG, l’honorable Kalémodou Yansané prospérer à la justice, Monsieur le nouvel élu, en tant que citoyen de cette commune, je vous attire l’attention sur ce qui devrait vos priorités :

Luttez contre l’insalubrité même si celle-ci reste une équation qui étale sur la place publique l’impuissance notoire des différentes autorités à juguler la crise,Œuvrez à changer ou à améliorer les conditions de vie des populations de Matoto.

Mady BANGOURA

reagissez