leguineen
Image default
Société

Médias: la journée du patrimoine audiovisuel n’est pas passée inaperçue 

Depuis le 27 octobre 1980, l’organisation des nations pour l’éducation, la science et la culture ‘’UNESCO’’, a institué la journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Pour la 3èmefois, la Guinée vient de célébrer en différé cette journée avec pleins d’enseignements et de souvenances. Ce sont les locaux de la RTG-Koloma qui ont servi de réceptacle à cette commémoration en présence des cadres du ministère de l’information et de la communication, des archivistes des bibliothèques etc…

Cette journée selon les acteurs, est célébrée pour sensibiliser les décideurs des secteurs publics et privés à la nécessité de la sauvegarde de nos archives. Les archives nous aident à savoir ce que nos devanciers ont fait de la période coloniale à l’indépendance jusqu’à nos jours. Promouvoir et faire connaître à un large public des documents uniques, extraordinaires et rare conservés dans les institutions d’archives. D’améliorer la perception que l’on peut avoir des archives en général et du patrimoine audiovisuel en particulier et augmenter leur visibilité de manière globale.

 

« Les archives de la RTG sont vieilles autant que la radio. Quand la radio a été créée, le service archive était dans un carton de 25 centimètres de hauteur et de 30 centimètres de longueur. Il n’y avait que quelque disque et bande magnétique. La radio a évolué à l’indépendance jusqu’en 1984 année à laquelle, cette cellule est devenue service de documentation sous la direction du directeur général de la RTG à l’époque. Puis, à cette date, cette cellule-là est devenue service de documentation et archives relevant directement du directeur général de la RTG. En 2006 elle est devenue une division et en 2014, un centre de documentation et des archives des médias .Tout cela démontre que le gouvernement a le souci de la conservation des archives. Actuellement la RTG à un fond de documentaire d’environ 20.000.000 bandes et 10 000 000 en sons, et 10mile en vidéos…», a indiqué le directeur des archives audiovisuel de la radiotélévision guinéenne (RTG) Ousmane Oulenko Diallo.

Maria Marceline Bangoura, représentante du bureau UNESCO-Guinée a dans son discours indiqué que la célébration de cette journée révèle un caractère significatif. « Le patrimoine audiovisuel constitue une part significative de notre patrimoine culturel. Les images et sons conservés sur des films, des vidéos, d’enregistrements radiophoniques, redonnent vie à notre passé et fixent dans notre mémoire collective des événements, des scènes, des situations qui sans ces supports s’estomperaient de nos mémoires ou ne subsisteraient que sous une forme sèche et désincarnée. Le patrimoine audiovisuel est une source inestimable de connaissance et le témoin animé de notre diversités sociale, culturelle et linguistique » a-t-elle indiqué.

Au nom du ministre de la communication et de l’information, le Directeur Général de la RTG Koloma, Sekouba Savané, très satisfait du rôle que jouent les archives pour l’émancipation de la jeunesse Guinéenne dans les différentes périodes de l’histoire de notre pays, a fait part aux participants, les initiatives prises par le gouvernement pour la promotion de ce secteur en ces termes :

« Les archives constituent une bonne partie de notre mémoire collective. Pour preuve, la célébration de l’an 60 de notre indépendance a enregistrée la présence de tous .Elle a connu l’engouement et le dynamisme de tous les fils et filles de la Guinée et même au-delà. Je ne connais pas de couche de notre société qui soit restée indifférente vis à vis de la célébration de la fête de l’indépendance de notre pays. C’est pour vous dire que quelque chose leur a permis de connaître leurs histoires. C’est bien est bien évidemment, les archives qui les ont fait revivre des événements qu’ils n’ont pas connus dans le passé…».

Plus loin  Sékouba Savané a indiqué: « Un peuple qui n’a pas de mémoire,  est un peuple qui est sans âme des lors, on sera d’accord que notre âme réelle c’est bien notre archive. Le ministre de l’information et de la communication envisage de créer dans les prochains mois, un institut national de l’audiovisuel. Les travaux préparatoires de l’avènement de cet institut évoluent très bien. Il est même envisagé que le bâtiment en construction dans l’enceinte de la RTG soit accéléré pour que cet immeuble puisse abriter  cet institut. Qui sera équipé de ressources nécessaires pour son bon fonctionnement ». a rappelé les messages du Ministre Somparé.

David Sylla.

reagissez

du meme auteur

Dubréka: le Jardin botanique de Copéren, un grenier d’espèces rares.

Daouda Sylla

Gueasso/Lola : la cinglante repartie du porte-porte du RPG aux cadres du BL

kaba

Massacre de Zogota : les victimes saisissent la justice internationale

kaba

Abdourahmane Sanoh de la PCUD : « Si les syndicalistes aussi se connectent…»

kaba

L’Aquarius, une épine dans le pied de la lute contre l’immigration

kaba

Grogne à Kaloum : Des enseignants réclament le payement de leurs salaires gelés

Daouda Sylla