Labé : la police empêche le sit-in des enseignants

Suite à l’appel du Syndicat libre des enseignants et chercheur de Guinée (SLECG), des professionnels de l’éducation ont tenté de tenir lundi un sit-in devant la direction préfectorale de Labé. Ils ont été dispersés par des agents de police déployés sur les lieux.

Des enseignants ont essayé de convaincre la police du bien-fondé du sit-in. ‘’ Vous êtes policiers, ce que nous faisons, c’est pour le bien de vos enfants et des nôtres’’, déclare l’un des manifestants. Un message qui tombe dans des oreilles sourdes.  ‘’Allez-y ailleurs, mais pas ici’’, riposte un policier, droit dans ses bottes.

Les manifestants disent battre le pavé pour réclamer le paiement du salaire du mois d’octobre et l’ouverture d’un couloir de négociations pour trouver une issue heureuse à la crise. ‘’Nous ne sommes pas contents de la manière dont le gouvernement gère cette situation. Nous constatons qu’il n’y a aucune volonté de négocier avec le SLECG’’, proteste Pathé Barry, le secrétaire à la syndicalisation du SLECG à Labé.  ‘’Il y a des enseignants parmi nous qui ont vu leur salaire bloqué. C’est quelque chose d’inacceptable’’, ajoute-t-il, furieux.

Un autre enseignant d’inviter ses homologues enseignants à la résistance. ‘’Nous ne faisons rien de mauvais. Nous voulons que nos conditions de vie puissent s’améliorer’’,  lance Oury Hawa Labico.

Plus d’un mois après la rentrée scolaire, les cours restent perturbés par endroits à Labé. Faute d’accord entre le gouvernement et le SLECG, la crise s’enlise et les positions se radicalisent.

De Labé, Kadiatou DIALLO, pour VisionGuinee.Info

reagissez