leguineen
Image default
international politique

États-Unis : pourquoi les «Midterms» risquent de tout changer pour Donald Trump

FOCUS – Les républicains vont-ils perdre leur majorité au Congrès ? Les électeurs américains sont appelés à se rendre aux urnes ce mardi pour les élections de mi-mandat, qui ont lieu tous les quatre ans.

Les républicains ont tout à perdre dans ces «Midterms». Après sa cuisante défaite face à Barack Obama en 2008, le Grand Old Party était parvenu à reconquérir un à un les échelons du pouvoir à Washington: la Chambre des représentants, le Sénat puis la Maison-Blanche. Ce mardi pourrait ainsi marquer l’heure du retour de balancier, les élections de mi-mandat étant traditionnellement défavorables au parti qui contrôle la Maison-Blanche. À l’occasion des législatives de mi-mandat, le camp démocrate peut ainsi ouvertement espérer mettre la main sur la Chambre des représentants voire sur le Sénat et contrarier la politique mise en place depuis deux ans par Donald Trump.

• Qui les Américains élisent-ils?

Ce mardi, comme tous les quatre ans, les électeurs américains se rendent aux urnes pour renouveler l’ensemble de la Chambre des représentants – 435 sièges – et 35 sièges du Sénat, qui compte au total 100 élus. Les électeurs choisissent aussi 36 gouverneurs à travers le pays, plus de 6000 sièges dans les législatures locales, 30 procureurs des États… et se prononcent sur une multitude de référendums locaux.

Contrairement à l’élection présidentielle, point d’histoire de grands électeurs. Les Américains votent directement pour leurs représentants. Ces derniers entameront leur mandat le 1er janvier prochain.

Actuellement, les républicains contrôlent les deux chambres du Congrès. Ils ont une courte majorité au Sénat (51 contre 49) et une majorité plus confortable à la Chambre des représentants (236 contre 193, plus six sièges vacants).

Que disent les sondages?

Il faut rester prudent car peu d’instituts ont par exemple anticipé la victoire de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Mais c’est une réalité historique indéniable, les «Midterms» sont quasi systématiquement un échec pour le parti du président en place, qui est actuellement moins populaire que ses prédécesseurs au même stade de leur mandat.

À la Chambre des représentantsselon le site de projections FiveThirtyEight, les démocrates ont 6 chances sur 7 de remporter la majorité des sièges. «Pour que les républicains l’emportent, ils devraient gagner les deux tiers des États “balance” où tout va se jouer, ce qui paraît compliqué», explique Vincent Michelot, professeur d’histoire politique des États-Unis à Sciences Po Lyon. Il ajoute que «40 sièges sont ceux de républicains sortants qui ont décidé de ne pas se représenter, contre 3 côté démocrate. Ces 40 sièges sont donc fragilisés, car le signal envoyé aux électeurs républicains est assez négatif.»

Au Sénat, les chances des démocrates sont plus minces, car sur les 35 sièges en jeu ce mardi, 26 sont détenus par des démocrates. Ils ont donc davantage à perdre, sans compter que 10 de ces sièges se trouvent dans des États remportés par Donald Trump en 2016.

• Ces élections mobilisent-elles les Américains?

En règle générale, les «Midterms» mobilisent peu: depuis 1914, la participation se situe en dessous des 50%.

lefigaro.fr

reagissez

du meme auteur

Les Chefs d’Etat invités, le transport le jour de la fête : Bantama annonce de grosses surprises pour l’an 60 de la Guinée

kaba

Kindia : après deux journées sanglantes, un calme précaire revient dans la cité

kaba

Rise of the ‘live-in’ tutor as families move teachers in for the summer holidays

kaba

Siguiri : le musée du mythique balafon « Sosso Balla » inauguré par Bantama Sow

kaba

Scottish school children lag behind English at problem solving

kaba

Gouvernance : Le premier ministre, Mamady Youla, défend son bilan gouvernemental

kaba