leguineen
Image default
Société

Education-Mamou : le salaire de 110 enseignants gelé

Le Gouvernement a mis sa menace en exécution de geler les salaires de plusieurs enseignants. Le salaire de 110 enseignants de Mamou a été gelé pour fait de grève. Parmi les 110 enseignants, 40 relèvent du primaire. Mais, une confusion sur la mise en exécution du gel a été constatée : certains responsables du SLECG acteurs pour la réussite de la grève ont été payés. Par contre les salaires des enseignants qui sont contre la grève, qui, tous les matins sont à l’école, ont été gelés.

Depuis le déclenchement de la grève des enseignants le 3 octobre dernier, beaucoup d’enseignants se présentent tous les matins dans les différents établissements pour s’inscrire dans le cahier de présence avant de disparaître avec l’argument qu’il n’y a pas d’élèves. Ainsi, progressivement, les absents ont été répertoriés.

Depuis le 29 octobre, les enseignants dont les salaires ont été virés dans les banques n’ont cessé de défiler devant les guichets pour s’enquérir de l’état de menace de gel de leur salaire.

Selon des informations concordantes, ils sont 110 enseignants de Mamou qui n’ont pas été payés pour ce mois d’octobre. Contacté, Thierno Souleymane Sall le secrétaire général du bureau préfectoral du SLECG de Mamou apporte des précisions : « je ne confirme pas que c’est un salaire gelé. Je pense que c’est un « dévirement » pour des raisons de contrôle. J’ai demandé aux enseignants qui se retrouvent dans cette situation de patienter jusqu’à ce que le billetage aussi soit payé. Si après les mêmes éléments se retrouvent sans salaire, là en ce moment nous allons parler de gel et on va prendre les dispositions qui vont s’imposer ».

Sur la vingtaine des membres du bureau du SLECG de Mamou, seulement trois ont reçu leur salaire dont le secrétaire général qui a son nom sur la liste des absents. Comment cela s’explique-t-il ? A la direction préfectorale de l’éducation de Mamou, on indique avoir remonté son nom parmi les absents et le reste, on n’arrive pas expliquer. Le concerné quant à lui s’appuie sur l’aide de Dieu « Dieu est Grand. C’est lui qui m’a donné mon salaire puisqu’il sait que je suis sur la vérité » souligne Thierno Souleymane Sall.

Quant à Mohamed Lamine Condé professeur de français, l’un des enseignants qui n’observe pas le mot de d’ordre de grève et qui est victime de gel de salaire au même titre que les grévistes, il parle d’erreur à son niveau « Quelqu’un par erreur a porté mon nom parmi les absents. Il fut un moment je suis tombé malade. Pendant 4 jours je ne partais pas. Tout le monde sait que j’étais malade. Tout est rentré dans l’ordre maintenant. Je tiens à préciser, tout enseignant qui ira maintenant à l’école sans rentrer dans les classes pour enseigner. Ils viennent juste pour s’inscrire sur la liste des présents, je vais les dénoncer et dénoncer ceux qui contribuent à cela » réagit-il.

Malgré le recrutement des contractuels et le gel des salaires de certains enseignants, les cours ne démarrent pas toujours dans la majorité des écoles de la ville carrefour.

Désormais, selon des nouvelles mesures de la division des ressources humaines, il a été demandé aux chefs d’établissement de contrôler chaque jour le personnel et remonter à la DRH la liste des absents chaque vendredi. Et il a été aussi demandé aux autorités éducatives de surseoir à la transmission des demandes de prêts bancaires du personnel à la Division des ressources humaines jusqu’à nouvel ordre.

www.guineenews.org

reagissez

du meme auteur

Conakry: la banlieue renoue avec la violence

kaba

Guinée : SOS pour encore plus d’un millier de pèlerins en souffrance en Arabie Saoudite !

kaba

Siguiri: Un bébé sauvé de justesse dans l’incendie d’une maison de trois chambres

kaba

les perturbations du trafic à Linsan commencent à se répercuter sur le panier de la ménagère

kaba

Crise à l’éduction : une équipe parlementaire débarque au siège du SLECG

kaba

Abdourahmane Sanoh de la PCUD : « Si les syndicalistes aussi se connectent…»

kaba