Échec des marches de l’opposition: et si elle faisait un rétropédalage?

Chaque marche dite pacifique organisée par l’opposition républicaine est émaillée par des incidents qui aboutissent à des morts et dégâts matériels. Le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation suggère à Cellou Dalein et ses pairs de suivre des recours comme il se doit.

Parlant d’abord de l’installation des élus locaux, Général Bouréma Condé informe que l’on est à 96% de la mise en place des élus. La majeure partie des régions ont déjà fini. Seules les cinq Communes de Conakry et quelques communes rurales retardent encore. Mais il a promis l’installation des élus dans ces localités prochainement.

C’est ce retard de l’installation de ces élus qui est à la base des imbroglios politiques en Guinée. Après les accords politiques, l’opposition républicaine estime que le seul recours pour elle de se faire entendre, est de mener des marches de protestations.

Sa “force”, l’article 10 de la Constitution. Cet article dit que “tous les citoyens ont le droit de manifestation…”. Général Bouréma Condé qui répond ses opposants évoque aussi l’article 23 de la Constitution.

reagissez