Liberté provisoire pour les communicants du RPG : le parti dénonce un harcèlement de l’UFDG contre Korboya

Les jeunes communicants du RPG interpellés pour avoir véhiculé des propos incitant à la haine et à la violence, viennent de bénéficier d’une liberté provisoire. Ils ont été présentés ce samedi 14 avril aux militants à la faveur de l’assemblée générale hebdomadaire du parti à Gbessia, a-t-on constaté sur place. Il s’agit d’Ibrahima Kallo, Mamoudou Traoré, Ibrahima Korboya Baldé, Mamady Kaba et Lamine Kaba.

Pour le député Mohamed Lamine Kamissoko, ces jeunes n’ont jamais été abandonnés de la part des cadres du parti. Parlant du cas spécifique du jeune transfuge de l’UFDG, Ibrahima Korboya Baldé, M. Kamissoko a déclaré que ce dernier est victime d’un harcèlement de la Direction nationale de l’UFDG. Lisez plutôt le discours qu’il a prononcé à propos:

«A un moment donné, nous avons estimé qu’il n’y avait pas de justice en Guinée. Après avoir écouté la majorité silencieuse, le chef de l’Etat, Alpha Condé a annoncé que la recréation est terminée. Entretemps, le mouvement syndical s’est déclenché suivi des marches interminables de l’opposition. Par rapport à cela, les dérapages ont été commis de part et d’autres et à tous les niveaux. Des écarts grossiers de langage à l’endroit du chef de l’Etat ont été tenus par des gens. Cette fois-ci, la justice n’a pas attendu. Vous avez vu un certain monsieur qui se croyait intouchable à Dabondi, qu’on appelle Ibrahima Sory Camara. Rappelons qu’à un moment, ce sieur pensait que c’était de la blague. Mais aujourd’hui, il sait que c’est du sérieux. Il a été interpelé, il a été provisoirement détenu avant d’être condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir accusé, à tort, le chef de l’Etat d’avoir organisé une réunion secrète à la Présidence de la République, financé des jeunes pour aller brûler le marché de Madina (…).

Dans le sillage de l’action de la justice, des organisations de la société civile ont aussi porté plainte contre certains jeunes qui ont fait la fierté de notre parti. Il s’agit de nos communicants. Ils ont été ensuite interpellés. Soudain, nos détracteurs ont chanté partout que ces jeunes se battent pour le parti et qu’ils sont maintenant abandonnés par les cadres du parti (…). Si Ibrahima Sory Camara a été arrêté pour avoir commis une infraction et puisque nous sommes dans le processus de la démocratie, quand les autres aussi sont interpellés, ils doivent comparaître. Mais avant que la justice ne finisse ses enquêtes, les jeunes communicants ont été provisoirement libérés…

Pour le cas spécifique de Korboya Baldé, depuis qu’il a décidé de rallier le RPG, il y a un harcèlement extraordinaire contre la personne du jeune. Un harcèlement de la part de la Direction nationale de l’UFDG, son ancien parti, qui lui colle une infraction imaginaire. Ils veulent coûte que coûte que le jeune Korboya Baldé soit condamné pour un règlement de comptes (…)».

reagissez