Conakry renoue avec l’obscurité en fin d’année 2017 : Des citoyens réagissent !

En période de fête de fin d’année 2017 (presque deux voire trois semaines dans certains quartiers), la capitale Conakry renoue avec l’obscurité totale. La traditionnelle rotation dans la fourniture du courant électrique a bel et bien repris, c’est un constat fait la rédaction de Guinéenews© qui a recueilli la réaction de certains citoyens.

Pour Siaka Keita, chauffeur de son état, le moment est mal choisi avant d’affirmer que c’est une bêtise orchestrée par la société en charge d’électricité en Guinée.

« Nous sommes au début d’un nouvel an qui commence avec l’obscurité, c’est vraiment décevant. Il faut que le chef de l’Etat appelle son ministre en charge d’électricité afin que ce dernier prenne au sérieux cette crise de courant électrique. L’Electricité de Guinée (EDG) a semé le désordre dans la fourniture du courant électrique. Comment on peut parler de manque de carburant pour les centrales thermiques ? On nous dit que la commande n’est pas arrivée tôt, c’est une bêtise de l’EDG qui doit être sanctionnée par le chef de l’Etat », a-t-il lancé.

Contrairement à Siaka Keita, M. Alsény Sow administrateur civile domicilié à Matoto, dira que le barrage hydroélectrique Kaléta a été purement et simplement politique. « Il a été même dénoncé par certains hommes politiques qui avaient pourtant prédit ce délestage que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. Regardez, la saison pluvieuse n’est même pas terminée, nous sommes rentrés dans le délestage. Nous sommes en train de vivre un véritable calvaire et nous ne comprenons absolument rien », a-t-il dit.

Le commerçant Aliou Bocoum partage largement cette remarque de M. Alsény Sow. « Ils nous ont faire croire ici que le barrage hydroélectrique Kalété va résoudre définitivement la desserte du courant électrique. C’était incontestablement de la campagne politique. Les autorités guinéennes nous avaient dit que le manque d’électricité sera un triste souvenir mais malheureusement, c’est le contraire que nous sommes en train de vivre. Il faut le dire, le barrage hydroélectrique Kaléta est devenu un échec. Aujourd’hui, nous recevons 3 à 4 fois le courant par semaine, cela veut dire qu’il n’y a plus de courant dans les foyers. Au de-là du barrage Kéléta, si les centrales thermiques fonctionnaient, on n’allait pas vivre la réalité que nous sommes en train de traverser. »

Quant à Bafodé Fofana domicilié à Yimbaya Port, le vrai responsable de cette situation est le président de la République, Alpha Condé qui encourage, selon ses propres mots, un laisser-aller. « Il y a un véritable problème dans la desserte du courant électrique. La fourniture a complément chuté. Dès fois, nous ne voyons le courant qu’à partir de zéro heure, le soir vers 13 heures après il disparaît. Conséquence, il y a trop de moustiques et de chaleur dans les maisons. Le fait que le chef de l’Etat, Alpha Condé ne sanctionne pas, il devient aussitôt le vrai responsable de la situation. Sinon, chaque ministère a ses responsabilités », a-t-il expliqué.

Dans la même logique, le policier Sékou Keita, quant à lui, a dénoncé les coupures intempestives auxquelles il fait face ces derniers jours. « Pour être sincère, je n’ai pas assez d’informations pour me prononcer. Mais en réalité, je suis resté sur ma faim après le lancement du barrage Kaléta. C’est vraiment décevant. On m’a fait comprendre qu’un communiqué est passé à la télé qui explique la situation actuelle de Kaléta. Hier, j’avais le courant, il est reparti le soir et jusqu’à présent il n’est pas retour. La coupure est très fréquente surtout pendant les nuits. Il y a un véritable changement. »

La seule chose que tous les intervenants ont partagée, c’est la déception face au barrage Kaléta qui a pourtant suscité assez d’espoir chez les Guinéens. Cet enseignant-chercheur Mohamed Sylla n’en fait pas exception.

« Nous sommes à la fin de la première moitié du deuxième mandat d’Alpha Condé et jusqu’à présent, nous n’avons pas encore fini avec cette histoire d’électricité. Pourtant, il a été une fierté pendant l’élection présidentielle de 2015. Nous nous attendons les explications ! Par rapport au délestage électrique, je n’ai pas d’explication cohérente. Mais je peux dire que ce que nous vivons a été bien préparé. Si j’ai bonne mémoire, il y a une femme qui travaille à Kalété qui a parlé récemment le niveau d’eau dans le barrage. Elle a dit que cette année, le niveau n’a pas été atteint. Conséquence, c’est ce que nous sommes en train de vivre avec des perturbations dans la fourniture du courant électrique. Il semble que la ministre des Finances Maladho Kaba aurait dit que la production est liée au non paiement des factures d’électricité. Si tel est le cas, c’est un dysfonctionnement. Aujourd’hui, il y a deux versions différentes, on ne sait pas entre la ministre Maladho Kaba et cette dame du Kaléta qui dit la vérité. A un moment donné, j’ai pensé que le délestage c’est seulement mon quartier Yimbaya. Mais finalement, je me suis rendu compte que c’est tout le pays. Je passe toute la nuit à ventiler mon enfant, il fait très chaud la nuit », a-t-il expliqué.

Il faut par ailleurs souligner que toutes nos tentatives d’avoir les explications de l’EDG sont restées vaines se cantonnant derrière son communiqué qu’elle a déjà publié concernant cet épineux délestage électrique qui lasse les citoyens de Conakry.