leguineen
  • Home
  • politique
  • Guinée : Les élections communales et communautaires auront-elles lieu à la date indiquée ?
politique

Guinée : Les élections communales et communautaires auront-elles lieu à la date indiquée ?

Si les députés ont eu des raisons superficielles d’approuver unanimement la loi de finances 2018, ont-ils tout englobé avant de voter cette adoption ? En tout cas, une inconnue de taille a surgi à la dernière minute et risque de freiner les ardeurs sur la tenue effective les élections de base le 4 février 2018. Cette date coïncide avec la fin du moratoire de la grève des enseignants, si leurs revendications ne sont pas satisfaites, il risquerait d’avoir rebondissement. Par-dessus le plancher, il se trouve que les conditions du marché ne font que flamber pour donner l’impression que les ménagères font danser l’anse du panier du jour au jour, sans que le gouvernement ne puisse rien faire pour freiner cette inflation. La populace crie famine.

C’est dans ces conditions de vaches maigres que les élections communales et communautaires, de procrastinations en reports et qui ne peuvent plus s’en permettre de nouveau, ont décidé de se tenir le 4 février. Promesse si solennelle que Alpha Condé a pris précipitamment un décret convoquant les électeurs. Les hommes de loi lui ont rappelé qu’avant l’heure n’est pas l’heure et la presse, qui guette le moindre faux pas de l’homme de Sèkhoutouréyah, jase sur la reprise du décret, c’est-à-dire le reprendre. Cette fois, Toto refuse d’obtempérer et le maître Kéléfa Sall ne pipe pas. Il y a déjà défaut de forme. Espérons que cela ne va pas constituer un sujet de discorde après. Encore une fois, les « nains politiques » pressés d’en découdre sur le terrain comme lors du coup KO de la dernière présidentielle, s’en donnent à cœur-joie.

Mais ce qui est flou dans ce jeu, il semble que l’UFDG et le RPG se sont entendus comme larrons en foire pour se répartir le gâteau, à moins qu’on ne se trompe, l’UFDG ne présentera pas de candidat à Matoto, c’est l’ERDIG de Jean-Marc Téliano qui présentera une candidate pas très connue sur l’échiquier, au nom de l’opposition républicaine. C’est laisser ainsi les coudées franches au RPG, qui, lui aussi, ne viendra probablement pas troubler ses eaux à Ratoma. Et l’on ne s’en tient qu’à ces deux exemples et si l’analyse est juste, il est à prévoir que toutes les grandes alliances vont connaître des chamboulements et des cris. On a entendu les jérémiades du GPT de Kassory Fofana, qui n’a pas envie d’être avalé par le RPG. Du suspense en vue.

Qu’à cela ne tienne, le vrai nœud du problème est le budget de l’élection, qui va s’avérer insuffisant. Pouvoir et opposition sont d’accord de dire qu’il ne faut pas que les bureaux de vote soient distants de plus de 5 kilomètres en rase campagne et de 2 kilomètres en milieux urbains. Les sacs vides ne se déplaceront pas loin pour glisser leur bulletin dans l’urne. Dans un tel cas, la cartographie du fichier doit connaître une extension considérable, et cela n’est pas sans conséquence sur le budget déjà ficelé. Et s’il faut de nouveaux bureaux de vote, il faudrait former de nouveaux agents, se procurer les ordinateurs et autres accessoires indispensables. On ne sait pas combien de nouveaux bureaux seront à prévoir, mais une chose est claire : Il faudra du temps, cela se pourrait en moins de 3 mois, et le budget sera insuffisant, à moins de puiser dans les 41 milliards de dollars qui dorment dans les caisses, ou bien ?

On aimerait bien ne pas avoir raison, mais la date du 4 février reste une énigme. La CENI dira si elle est parée pour le lancement de ces élections.

reagissez

Related posts

Guinée : Ce qui a manqué dans le discours à la nation d’Alpha Condé.

kaba

Elections communales : L’UFR y prendra part en alliance avec le PUP, le PEDN, le BL, l’UPG

kaba

Alpha Condé annonce la création de 1500 emplois pour des jeunes

kaba

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.