Templates by BIGtheme NET
sou-480x300

Sacre des artistes de la musique urbaine : la touche invisible de Souley Thiâ’nguel in box

L’opinion sait que le jury du Prix Découvertes RFI a désigné le guinéen Soul Bang’s, lauréat de l’édition 2016 mais elle ignore que derrière ce sacre, il y a la main de Souley Thiâ’nguel, jeune dramaturge guinéen inspiré mais discret, bien qu’étant invisible.

 

Il est vrai que le jury, présidé par le rappeur français Kery James, a été séduit par l’émotion véhiculée par la musique de l’artiste guinéen, son sens de la mélodie et l’originalité de son inspiration mais à ces qualités-là, il faut rajouter aussi, pour être complet, la touche de Thiâ’nguel, auteur du clip du texte phare du dernier album de l’artiste.

 

Poursuivant sa convalescence hors du pays, Thiâ’nguel est si modeste qu’il ne revendique pas sa part dans la consécration de l’artiste pour la simple raison qu’il n’est pas à son coup d’essai. Avant Soul Bang’s, il est l’auteur de plusieurs tubes à succès.

 

On peut citer, entre autres, « Guinée de mon espérance » et « Bhanto », titres sublimes interprétés par Khady Diop, ou le clip de « Bal Poussière » de Degg J Force 3.

 

Sur le prochain opus de Soul Bang’s aussi qui pourrait s’appeler « Cosmopolite », Thiâ’nguel pourrait écrire le premier clip d’une chanson en Poular intitulée « Sélèè lan ».

 

Dans la même foulée, rappelons aussi que le jeune Hakim Bah qui a remporté le prix RFI Théâtre, que c’est Thiâ’nguel, sur proposition du jeune auteur Bilia Bah, qui l’a accompagné sur le premier texte de théâtre qui l’a révélé au festival Les Récréatrales de Ouagadougou. Il a constitué et dirigé l’équipe artistique et mis en scène la pièce intitulée « Sur la pelouse » inspirée des événements du 28 septembre 2009.

 

Parallèlement, dans le cadre des activités de sa compagnie de théâtre Laborato’Arts, le Centre Culturel Français a validé son projet d’adaptation des œuvres de Williams Sassine. Un spectacle qui rendra hommage au célèbre écrivain guinéen et chroniqueur de l’hebdomadaire satirique Le Lynx, rappelé à Dieu il y a de cela vingt ans.

 

Pour rappel, Thiâ’nguel fait partie des auteurs ayant animé la « Chronique Assassine », aux côtés des feux Sambry Sacko et de Dr Ahmed Tidjani Cissé, après la mort de Sassine. C’est après la chronique Assasine qu’il a lancé Les Tranchantes de Thiâ’nguel sur la radio Lynx FM sur proposition de son ami de promotion, Azoca Bah.

 

Marcus du groupe Banlieuz’art a aussi profité du coup de main de Thiâ’nguel. Au total, deux titres. Histoire d’amour, adaptation théâtrale de « l’Enfant Noir » de Camara Laye et le deuxième en l’honneur de sa mère décédée, qui est d’ailleurs en attente de diffusion.

 

Aux dernières nouvelles, l’album Slam en préparation est la nouvelle corde à son arc artistique.

 

Sacré artiste !