Templates by BIGtheme NET
ad-526x300

Post-Ebola : la santé communautaire en débat pour une amélioration des soins à la base

Pour parvenir aux soins de santé accessibles à toutes les communautés du pays, le ministre de la santé, Dr Abdourahmane Diallo, a initié, dans le cadre de l’exécution de son plan national de développement sanitaire (PNDS) sur la période 2015- 2024, un atelier de réflexion axé sur le développement de la santé communautaire en Guinée.

 

En quatre jours, il s’agit d’outiller les participants sur des grandes questions liées à la santé communautaire, en faisant le diagnostic de la gestion du secteur en mode décentralisé.

 

Il s’agit, en d’autres termes, de parler des difficultés, des enjeux et des perspectives liés à la problématique du secteur de la santé communautaire en Guinée pour une meilleure amélioration de la qualité des soins et des services en faveur des populations.

 

Présent à la cérémonie d’ouverture, le ministre de la santé a longuement insisté sur la problématique de l’amélioration des soins au bénéfice du plus grand nombre à  travers un changement radical dans la qualité des prestations qui sont offertes aux populations.

 

Poursuivant son intervention, le ministre a également laissé entendre que l’un des objectifs de l’atelier de Conakry est de procéder au renforcement du système de santé sur le plan communautaire. « La priorité des priorités, c’est de procéder à la redéfinition, au renforcement du système de santé communautaire en Guinée », a-t-il entamé.

 

En des termes plus précis, le chef de département dit attendre des réponses concrètes à des questions sanitaires précises à savoir : quels sont les domaines d’interventions des agents de santé communautaire ? Qui est qualifié pour être agent de santé communautaire urbain ou rural ? Quelles doivent être ses qualifications académiques ou professionnelles ? Quelles sont les considérations sociales à privilégier ?

 

« Le système de santé communautaire est le socle d’un système de santé. Nos attentes donc, c’est qu’à la fin de cet atelier, que les participants puissent répondre à des questions, notamment le paquet de services que les agents de santé doivent délivrer ».

 

Pour rappel, cet atelier de réflexion intervient après l’annonce de la fin d’Ebola en Guinée.