Templates by BIGtheme NET
mairie-de-kindia-630x300

Kindia: guerre totale entre le maire et trois de ses collaborateurs autour d’un scandale de 51 millions gnf

Depuis que cette affaire de détournement de 51 millions de francs guinéens a éclaté à Mairie de Kindia, la tension est montée d’un cran. Au jour d’aujourd’hui, ces conseillers auxquels les citoyens ont confié la gestion la gestion des ressources de leur municipalité, se livrent une guerre sans merci à travers des medias interposés, chose qui ne favorise pas à l’unité et la paix dans cette ville au lendemain de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix.

Ces derniers jours, des déclarations va-t-en-guerre des deux parties qui s’accusent mutuellement via des émissions interactives des medias locaux, contribuent à exacerber la tension entre les populations de Kindia.

Aujourd’hui ces cadres communaux qui sont censés collaborer ensemble pour servir loyalement les citoyens de Kanya, continuent malheureusement de creuser le fossé entre eux. Des attaques et contrattaques, des propos haineux, injurieux et ethnocentristes sont tenus par ces deux camps sur les ondes des différentes radios de la place sans aucune réaction de la part des autorités préfectorales ni régionales pour mettre un terme à cette escalade sans précédent et dommageables pour la ville, la cohésion sociale et le bon vivre qui a toujours caractérisé  les rapports entre les Kindiakas.

 

Interrogés sur ce sujet qui défraie la chronique dans la cité, certains citoyens réagissent à l’image d’Abdoulaye Sylla, chauffeur : « ces derniers jours, quand je prends les passagers chaque matin pour Conakry, c’est le même sujet qu’ils abordent dans mon véhicule jusqu’à destination. Franchement, les citoyens de Kindia sont divisés aujourd’hui suite à cette affaire de détournement.»

Quant à Alhousseny Kanté, il a affirme que la commune de Kindia est minée par une guerre partisane que se livrent l’UFDG et le RPG. Selon lui, chaque camp s’emploierait à déstabiliser l’autre. Nous assistons ces derniers temps à un feuilleton politico-politicien, poursuit-il avant de suggérer une destitution de la délégation spéciale actuelle pour éviter le pire.

Renchérissant, madame Hawa Diallo, commerçante explique : « je pense dès lors que cette affaire est arrivée à la justice, les deux parties doivent s’abstenir de toute déclaration incendiaire et irresponsable dans les radios. Puisque cela ne contribuera pas à l’apaisement et favorisera plutôt à l’instauration d’un climat de tension entre les partisans des deux camps.»

 

De son côté, André Haba, frigoriste exprime toute sa déception face à cet engrenage de la violence verbale : « aujourd’hui, je suis très déçu de ces responsables communaux qui ne sont pas du tout responsables. Si on t’accuse d’avoir détourné et que tu sais tu que n’as pas détourné mais montre les preuves… la justice est là pour cela. Au lieu de continuer à vous insulter à travers les radios. Vraiment c’est une honte pour notre commune que de voir ses cadres qui nous dirigent se comporter de la sorte. C’est dommage !»

Pour ce qui est de cette affaire, il faut rappeler que c’est le président de la délégation spéciale est accusé par trois de ses collaborateurs en l’occurrence Mame Joséphine Doré, Secrétaire générale, Sogbè Mady Diané, chef service administratif et Ousmane Sylla, receveur de ladite commune d’avoir détourné un montant de 51 millions de francs guinéens. Donc, l’accusé a porté plaint contre ses collaborateurs au tribunal de première instance de Kindia. Et l’ouverture de ce procès est prévue pour le 7 décembre prochain.

D’ici là, il semble impérieux que l’autorité de tutelle, les autorités morales et religieuses interviennent pour éviter au plus vite une confrontation physique entre ces camps à Kindia.