Templates by BIGtheme NET
img_8050-630x300

Environnement : Ouverture à Marrakech du sommet de haut niveau de la COP 22

Le sommet de haut niveau de la COP 22 s’est ouvert ce mardi, 15 novembre 2016. Il a été présidé par le Roi Mohammed VI et le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. Une trentaine de chefs d’Etat et gouvernements dont Alpha Condé, François Hollande, Macky Sall, Alassane Ouattara, y prennent également part dans la salle de plénière au village de la COP 22, Bab Ighli, a-t-on constaté.

 

Souhaitant la bienvenue à ses illustres hôtes à la 22ème Conférence des parties sur le Climat, le Roi Mohamed VI a fait savoir que les questions environnementales étaient parmi les priorités du Royaume. « En effet, notre pays compte parmi les premiers Etats à avoir contribué à l’émergence d’une prise de conscience mondiale quant au changement climatique, et ce, depuis ma participation, en 1992, au Sommet de la terre de Rio, où, en ma qualité de Prince héritier à l’époque, j’ai conduit la délégation du Maroc », a-t-il rappelé.

 

Revenant sur la Conférence de Marrakech, un évènement que le Maroc abrite pour la deuxième fois, après 2001, le Roi marocain a souligné qu’elle constitue un tournant décisif dans le processus de mise en œuvre de l’Accord historique de Paris. « L’humanité entière place de grands espoirs sur les décisions qui seront prises au cours de cette conférence. De ce fait, elle attend plus que la simple annonce d’engagements et de principes pour enrayer le réchauffement climatique et en atténuer les effets. Elle aspire plutôt à des décisions aidant à sauver l’avenir de la vie sur terre et à la prise d’initiatives concrètes et de mesures pratiques à même de préserver les droits des générations à venir », a-t-il noté.

 

COP22Plus loin, il n’a pas manqué de rappeler la tenue d’un tel sommet en Afrique qui, pour lui « incite à donner la priorité à la nécessité de remédier aux impacts négatifs des changements climatiques, qui ne cessent d’empirer dans les pays du sud et les pays insulaires menacés dans leur existence même », a-t-il renchérit.

 

Et pour cela, au-delà des discours engagés, de la prise de conscience des impacts du changement climatique, des promesses faites au cours des conférences antérieures, le Roi Mohamed VI a invité ses pairs à faire de la conférence d’aujourd’hui, celle de la vérité et de la clarté où ils seront appelés à prendre leurs responsabilités devant Dieu, l’histoire et les peuples.

 

Toute chose qui doit nécessairement tenir compte de la prise en compte des catégories les plus vulnérables. « Nos conférences et nos accords auront-ils un sens si nous laissons les catégories les plus vulnérables, là-bas dans les îles menacées de disparition et dans les champs confrontés au risque de la désertification en Afrique, en Asie et en Amérique latine, face à leur destin lourd de périls », s’interroge-t-il.

 

Le sommet continuera mercredi avant de s’achever le 18 novembre prochain.

 

Mame Diallo, Envoyée spéciale de Guinéenews à Marrakech, Maroc.