Templates by BIGtheme NET
faranah

Accord politique: A Faranah, la société civile signe une pétition contre la modification de la Loi électorale

Comment préserver les Droits civiques des citoyens et éviter l’embrigadement du citoyen par les politiciens ainsi que l’étouffement des libertés individuelles et du leadership ? C’est l’un des soucis des organisations de la société civile guinéenne.

 

C’est dans cette perspective que les responsables d’associations, les ONGs de défense des Droits civiques et autres personnes dans la préfecture de Faranah se sont mobilisés pour signer la pétition contre la modification de la Loi électorale dans ses dispositions relatives au mode de désignation des chefs de quartier et de district prévu dans les accords politiques du 12 octobre 2016.

 

Sous le slogan : ‘’Debout citoyen, Non à la politisation des quartiers et districts’’, près de cinquante (50) organisations de la société civile ont signé la pétition dans cette ville historique qui a vu naître le premier président de la Guinée indépendante, Sékou Touré.  Ce droit de pétition est consacré par les dispositions de l’article 10 de la constitution guinéenne.

 

Interrogés sur les motifs de cette pétition, les signataires  ont, chacun, réaffirmé que ces accords politiques violent le code électoral en ce qui concerne l’élection des chefs de quartier et de district.

 

Ils disent ne pas être d’accord à ce que ceux-ci soient nommés par les partis politiques sans passer par l’élection. Pour eux, ces accords politiques ne sont profitables qu’au RPG Arc-en-ciel et à l’UFDG. C’est pourquoi, ils signent la pétition pour connaître la position de la société civile.

 

Ils soutiennent que depuis plus d’une décennie, la République de Guinée est régulièrement secouée par des crises sociopolitiques : juin 2006, janvier-février 2007, les évènements du 28 septembre 2009, les crises pré et postélectorales de 2010, 2013 et 2015. Ces acquis démocratiques qui ont permis à notre pays de retourner dans le concert des Nations, sont la résultante d’une prise de conscience des citoyens sous l’impulsion de la société civile et des syndicats.

 

Ces acquis démocratiques, peu connus par certains, sont constamment violés et remis en cause par les politiques au profit de leurs intérêts lors des dialogues politiques, plongeant ainsi le pays dans les crises successives. Les conséquences de ces crises sont d’ordre politique, économique et social.

 

A signaler que la signature de cette pétition par les responsables d’associations est le résultat d’une réunion de concertation à la base, suite aux instructions des hauts responsables de la capitale guinéenne.

 

Pour sa part, le Coordinateur régional de la plateforme ‘’Balai citoyen’’ à Faranah, Mamadi Camara a confié que ces accords politiques sont une façon de priver les citoyens de leurs Droits civiques et les empêcher d’élire leurs responsables locaux de choix et ramener la politique dans les quartiers. Ce qui ne se doit pas.

 

A noter que cette initiative de pétition contre les accords politiques du 12 octobre dernier organisée par le conseil national des organisations de la société civile de Guinée est saluée par la plupart des associations ou l’ensemble de la population laborieuse de Faranah.